Bassin Versant Solidaire de Forest

Written by on 9 décembre 2018

Communs urbains, l’Atlas ! invite Dominique Nalpas, membre des États Généraux de l’Eau à Bruxelles à présenter les Bassins Versants Solidaires, une démarche originale de co-construction de la politique de l’eau en commun. L’émission proposée par Remix the commons a été enregistrée au Bar Commun le 28 Novembre 2018.

Notre première émission sur les communs urbains porte sur une initiative nommée Bassin Versant Solidaire de Forest. Il s’agit d’une mobilisation citoyenne pour élaborer et proposer une réponse aux conséquences des inondations fréquentes qui affectent la vie quotidienne des habitants de la commune Forest à Bruxelles en Belgique.

A l’origine, la municipalité se proposait de construise un énorme bassin de rétention au centre de la commune pour capturer et stocker l’eau de ruissellement. 6 ans de travaux et le risque d’une transformation profonde des modes de vie dans le voisinage ont motivé un rejet du projet par une partie des habitants qui se retrouve opposée aux victimes des inondations. Bassin Versant Solidaire de Forest est une démarche de réconciliation de ces deux parties de la population, une fabrique de la solidarité autour de l’eau comme commun.

Les habitants se sont opposés au bassin de rétention, pensé dans une logique ‘top-down’, comme une réponse technique, sans la contribution de la communauté affectée. Les communautés ont affirmé que le bassin perturberait la vie des gens et que l’eau inondée serait gaspillée sans autre possibilité de la réutiliser. Pour protester contre ce projet, les communautés ont décidé de s’organiser collectivement et de comprendre en quoi ette eau de ruissellement pourrait être gérée en commun par une forme de gouvernance collective. Ainsi, les communautés ont organisé des tables rondes et réalisé des enquêtes sous forme de promenades sur le terrain et élaboré des cartographies collectives sur la manière dont l’eau pourrait être micro-mobilisée et réutilisée à d’autres fins.

A travers cette démarche, les habitants auto-organisés ont montré leur capacité à produire la connaissance sur leur environnement que les experts ne peuvent produire seuls. Ce processus dans tout son sens à l’approche des communs urbains dans la gestion de l’eau dans un territoire. L’histoire d’une telle initiative est riche d’enseignements pour les commoners du monde entier. L’émission radio peut être prolongée par la lecture du dossier réalisé par les militants des États Généraux de l’Eau de Bruxelles, qui détaille le processus, quelles mesures ontété prises pour engager la ville dans ce projet, et comment celui-ci peut servir de source d’apprentissage pour d’autres initiatives de résilience écologique fondées sur les communs à travers le monde.

Remix the commons:
http://www.remixthecommons.org/

le Bar commun
http://www.lebarcommun.fr/

The first radio emission is a case study known as Versant Solidaire de Forest, based on a community-based initiative that responds to frequent inundations affecting the livelihoods of people who reside in the Forest Commune. The first plan was for the municipality to build a massive bassin in the middle of the commune to capture and store the run-off water. The affected communities decided that such a bassin was a typical top-down mass-project planned without the input of the surrounding community. The communities have claimed that the bassin would disrupt people’s lives and the inundated water would be wasted without any alternative possibilities to re-use it.

To protest against this top-down project, the communities decided to collectively organize themselves and understand how this run-off water could be a commons managed through a form collective governance. Thus, communities have hosted roundtables and forged collective-mapping schemes on how water could be micro-mobilized and reused for other purposes. This is an attempt by the communities to reclaim a project that would put into question the role of the commons in governing water in an urban territory. The story of such an initiative is interesting amongst commoners around the world. The radio emission aims at hosting a conversation with members of this collective initiative and experts in the field on how the community got to this point, how the charter was decided upon and written, what steps were taken to engage the city in this project, and how such a project can serve as a learning source for other ecological commons-based initiatives around the world.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *